Une démarche en 4 étapes intégrant la gestion du changement
Construction de votre vision industrielle

  • Être à la confluence de votre stratégie et des technologies émergentes ;
  • Définir comment vos usines devront être organisées demain afin de répondre aux attentes de vos clients en termes de qualité, coûts et délais : des produits toujours plus personnalisables, fabriqués à moindre coûts et assemblés à la demande ;
  • Intégrer les implications des nouveaux paradigmes technologiques et les nouvelles opportunités qu’elles induisent : exploitation de la réalité virtuelle dans la conception de ligne, utilisation de l’impression 3D pour la production de pièce à la demande, exploitation des véhicules à guidage automatique pour la création de lignes d’assemblages flexibles, etc.
Définition de la feuille de route

  • Appréhender la situation industrielle existante, les atouts et handicapes ;
  • Intégrer l’incertitude technologique : quelle maturité et à quel coût ? Aujourd’hui et demain ?
  • Identifier les stratégies possibles de mise en œuvre en intégrant rentabilité et maîtrise des risques technologiques : faisabilité, réversibilité, préservation des alternatives au fur et à mesure de l’avancée du programme ;
  • Définir une architecture globale (intégration physique, modèle de landscape applicatif, etc.) ;
  • Découper le programme en une somme de projets à la complexité maîtrisée.
Exécution

  • Partager de la vision et mobilisation des équipes ;
  • Assumer un sponsorship fort au plus haut niveau de l’organisation ;
  • Assurer un pilotage contrôlé des projets ;
  • Choisir les solutions à mettre en œuvre ;
  • Arbitrer quant à l’utilisation des ressources, en particulier des compétences internes ;
  • Privilégier une approche agile par « petits pas » mais fondée sur une vision de l’architecture globale et l’exploitation de standards et protocoles partagés (globaux, par industrie, propres à l’entreprise) ;
Pérennisation

  • Stabiliser de nouveaux modes de fonctionnement ;
  • Valoriser les leaders à même d’ancrer l’organisation dans une nouvelle réalité ;
  • Intégrer le caractère permanent du changement tout en pérennisant les savoirs : trouver le bon équilibre entre partage des savoirs acquis (documentation, formation, coaching, etc.) et gestion de son obsolescence et de son renouvellement ;